Archive mensuelle de juin 2010

LES BIENS FAITS DU POISSON par Sophie Tanneau, docteur en pharmacie

Comme vous le savez, le poisson est excellent pour la santé. Le programme national Nutrition santé (référence en matière de nutrition) recommande de consommer du poisson au moins 2 fois par semaine pour une alimentation équilibrée. (cf manger bouger.fr). Les poissons sont de formidables sources de protéines, d’oligoéléments et de vitamines et ont l’avantage d’être très peu caloriques.

LE POISSON: UN ALIMENT FORTIFIANT!

La chair du poisson contient du fer, phosphore, zinc, cuivre, calcium, sélénium, manganèse, ainsi que de nombreuses vitamines (A, B2, B12, C, D, E et PP). Ces différents oligoéléments, vitamines et acides aminés essentiels sont utilisés par notre organisme pour la croissance (très adaptés pour une bonne croissance chez l’enfant) et le renouvellement cellulaire (effet positif sur la mémoire et la peau). Riche en vitamine A, le poisson est excellent pour la vue. Le poisson apporte tonus et vitalité grâce à sa composition, il aurait également un effet anti stress.

LE POISSON: UN ALIMENT OPTIMAL POUR LA PREVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES!

L’apport calorique du poisson est directement lié à sa teneur en matière grasse.                                                                           

Trois groupes de poissons se ditinguent:

  1. Les poissons maigres (le turbot, la sole, le merlan, l’églefin, le cabillaud…)
  2. Les poissons mi-gras (La sardine)
  3. Les poissons gras (Le maquereau, le saumon, le thon)

Mais sachez que les poissons gras apportent beaucoup moins de matières grasses qu’une viande mi-grasse! C’est un véritable allié contre la maladie du monde moderne: l’obésité. Deplus, les poissons gras sont riches en oméga 3 (acides gras polyinsaturés) qui ont de nombreuses vertus sur le système cardio-vasculaire dont les plus connues sont la diminution du mauvais cholestérol et la protection des artères. Il a été mis en évidence qu’une personne qui consomme en moyenne 30 à 40 grammes de poisson par jour a moitié moins de risque de développer une maladie cardio-vasculaire comparée à une personne qui mange rarement du poisson. Il n’y a qu’à observer nos amis japonais qui présentent bien moins de problèmes cardio-vasculaires grâce à leur habitude de consommation de poisson cru. Afin de rechercher une prévention optimale, préférez les poissons sauvages aux poissons d’élevage qui auront des propriétés cardio-vasculaires moins intéressantes.




La tête dans les nuages |
Crêperie LE PALAIS |
restaurantlafeschotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saveurs de goût et arômes v...
| L'atelier de Seb et Julie
| resolutionbio